J’adore mon resto : exercer sa mission malgré les obstacles grâce aux RP

2 février 2021
par Jean-Maxime St-Hilaire

Montréal en Lumière, en partenariat avec la SAQ, lançait le 18 janvier 2021 l’initiative J’adore mon resto. Il s’agit d’une campagne citoyenne de solidarité à l’égard des restaurateurs du Québec qui invite la population à encourager ses chefs, ses bistrots et ses restaurants de quartier alors qu’ils en ont grandement besoin. À défaut de pouvoir résumer ses activités normales en raison des mesures sanitaires en place, Montréal en Lumière, un festival hivernal qui met en valeur les arts et les plaisirs de la table, a choisi de mettre ses ressources au service d’une bonne cause qui s’inscrit parfaitement dans sa mission.

Création de retombées positives pour l’organisation

En effet, c’est principalement en raison de l’impossibilité de tenir son festival cette année que Montréal en Lumière a décidé de créer l’initiative J’adore mon resto. Au-delà de la bonne action citoyenne qui mérite d’être applaudie, cette initiative est bien sûr fort bénéfique pour son instigateur. Elle lui permet tout d’abord de rester dans le radar de la population et des médias au lieu de s’effacer complètement comme cela aurait pu être le cas. Il est beaucoup plus avantageux de créer une campagne de communication connexe à ses activités pour rester dans l’esprit des gens que de disparaitre complètement et d’ainsi courir le risque de devoir rebâtir sa réputation l’année suivante.

Dans un deuxième temps, il s’agit d’une bonne manière de continuer d’entretenir un lien avec sa clientèle. Le dialogue avec ses publics est après tout à la base des relations publiques et de la communication. Finalement, J’adore mon resto est une excellente manière d’utiliser les subventions auxquelles Montréal en Lumière a droit à bon escient, justifiant ainsi la reconduite de ces subventions pour l’année prochaine. En plus de soutenir une bonne cause, l’initiative de communication respecte parfaitement la mission du festival.

Une initiative bien pensée qui nous laisse un peu sur notre faim

J’adore mon resto est une campagne parfaitement pensée pour les médias sociaux et numériques. La stratégie de contenu de la campagne est attractive puisque le contenu gourmand a la cote sur les médias sociaux comme Instagram et Facebook. De plus, la campagne fait la promotion d’un mot-clic, #Jadoremonresto, ce qui est une excellente manière d’augmenter la portée de la campagne et l’adhésion du public. L’utilisation de mots-clics en soutien aux restaurateurs est également très répandue aux États-Unis où on retrouve notamment des mots-clics comme #TakeoutTuesday ou #TheGreatAmericainTakeout. La campagne comporte également un volet de publicité télé, dans laquelle Marina Orsini nous partage l’importance d’encourager nos restaurateurs en ces moments difficiles.

En contrepartie, la campagne possède les défauts de ses qualités. Étant essentiellement une campagne de sensibilisation, J’adore mon resto n’offre la possibilité au consommateur ni de consulter un répertoire ni d’acheter directement chez un restaurant participant. Il aurait en effet été possible de pousser l’initiative encore plus loin, notamment en s’inspirant d’un concept développé dans le Canada anglais. Sysco y a lancé une campagne similaire à J’adore mon resto, nommée « Keep Local Restaurants on the menu », ayant pour objectif de soutenir les restaurants canadiens. L’élément qui la distingue de la campagne de Montréal en Lumière est qu’elle invite les internautes à commander chez les restaurants depuis le site FoodiesUnite.ca.

Ainsi, J’adore mon resto est une très bonne initiative sociétale, mais qui laissera probablement les restaurateurs un peu sur leur faim. Alors que la campagne de sensibilisation répond à un réel enjeu, il lui manque néanmoins une structure lui permettant d’encourager le consommateur à passer à l’action immédiatement (call to action). Mais avant tout, il s’agit d’un excellent exemple d’organisation qui a choisi de se réinventer pour continuer d’exercer sa mission, malgré les obstacles, grâce aux relations publiques.

Laisser un commentaire

Copyright © Flanagan Relations Publiques - Politique de confidentialité