Communication crise : de la relation à la légitimité

La communication de crise est une affaire sérieuse et ne peut se résumer et s’évaluer qu’à la gestion de la couverture médiatique.  Didier Heiderich et Myriam Delouvrier publient pour l’Observatoire international des crises cet article qui met l’emphase sur la « relation » entre une organisation et ses publics « dans le respect des publics et des lois ». Nous sommes loin de la gestion traditionnelle et révolue des médias dans un mode « d’urgence » réalisée par des « spin doctors » icônes d’une autre époque. Pour Heiderich et Delouvrier « c’est dans la relation, la dignité, le respect, et en final, dans la capacité à gagner la confiance des publics » que les stratégies de communication seront gagnantes.

Une communication de crise préparée a toutes les chances de succès dans la mesure où les faits sont correctement connus, que les risques et les véritables enjeux sont identifiés pour permettre l’identification des meilleures stratégies. Une méthodologie préventive qui accélère l’analyse et la prise de décision.

Pour Heiderich et Delouvrier « il n’y a pas un public à prendre en considération, mais des publics hétérogènes qui possède chacun leur objectif, leur agenda, leurs préoccupations et leurs rapports à la crise ». Bref, gérer une crise ne passe plus par la transmission d’un seul message fédérateur dans un axe à sens unique mais plutôt par la gestion d’une conversation à deux voies, libres, et respectueuse des besoins des uns et des autres.

Communication de crise : de la relation à la légitimité par Didier Heiderich et Myriam Delouvrier.

Gestion de crise